Aldmeri a surgit et se fraye un chemin vers le Comptoir. Nous allons tenter de l'arrêter mais cela sera périlleux.

J'ai pu fermer la porte du bas mais des créatures ont pu passé. Elles ont eu Elith et Neath, rude coup. Il faut maintenant la sceller et cela veut dire y retourner. Il reste peu de guerriers et nous ne sommes pas équipés pour lutter contre ces horreurs. Nous n'en reviendrons porobablement pas.

Aussi je m'astreint à consigner les quelques informations qui seront utiles à ceux qui viendront après. Pour lutter, pour soigner et pour restaurer le monde comme il était.

Espérons que la porte tiendra et que les résidents de ce Dominion se détourneront du comptoir. Mais ce n'est que partie remise, s'ils ne peuvent prendre pied ici, ils s'accrocheront à notre monde un peu plus loin, jusqu'à ce qu'un inconscient comme moi leur ouvre la porte. Après tout ils ont l'éternité devant eux.

Grâce aux Dieux j'ai trouvé ce qu'il faut pour forger les clous. Ils sont moins solides que ce que le maître avait fait mais ses recettes sont perdues. Nous avons perdu tant de savoir avec sa disparition. Je ne sais comment récolter les Fils de Lune, je ne sais plus créer des réseaux de gemmes étendus comme il le faisait. Dorian parlait de tisser la toile des arachnides d'outremonde pour réparer la trame. Je ne sais ni combattre ces créatures, ni tisser, à peine sais-je récolter les soies produites par ces créatures quand elles les abandonnent. Il faudra que je me contente des onguents pour soulager l'étoffe de la réalité et des clous de scellement. J'ai pu heureusement trouver dans le val de la Thébaïne et du Calendula. C'est suffisant pour une pâte qui a stoppé la déchirure. Ce n'est pas la saison de Hippophae rhamnoides, je ne peux donc régénérer la brêche.

Je crois que de toutes manières il faudra désceller la porte et combattre ce qu'il y a derrière. Espéront que d'ici quelques temps les Aldmeriens se seront désintéressé de ce point et qu'il ne restera dans leur temple que les bâtisseurs, ces engeances chtonniennes corrompues. Il restera évidemment l'artefact, ce focalisateur qui semble leur fournir l'énergie nécessaire. Ce n'est vraiment pas ma partie, quelle infâmie que je doive lutter précisément contre Aldmeri. Je ne connais rien au Prince et sa lutte contre la Reine Corneille. Je suppose qu'un officiant d'Arwann saurait se débarrasser de cet artefact maudit qui gangrène notre réalité, qu'il pourrait le soustraire à notre perception, le renvoyer à Orcus ou Arwann peut importe !!! Simplement le bannir d'ici que je puisse agir. Enfin un seul problème à la fois.

J'ai réalisé la recette de l'ongent. J'ai emprunté la forge pour les clous. Dans les affaires du Duc j'ai honteusement subtilisé de l'argent vivant et pur, louée soit Kama, récupéré dans le val quelques grains de l'interstice chez les araignées et de résidium dans les cavernes des troglogytes. Etonnant que leurs animaux familiers soient ceux qui fassent les clous et les défassent. Ce fût long, l'incantation est complexe mais nous allons procéder au scellement.

Lorsque mes successeurs voudront réparer les bétises, ils devront faire rouiller les clous avec la créature que les a engendré. Préalablement ils devront l'enduire de saumure selon la formule de Veiw, Reducora Argentum. Heureusement que ce vieil alchimiste du comptoir est bien achalandé. Et lorsqu'un éclat de lune touche le clou en même temps que la Bête cela opérera. Pour une fois qu'un procédé est simple.

Cole d'Ostelen (symbole d'une porte ornée de 7 étoiles)

Menu